Lu dans la Dépêche du Midi

Actualités

 

«Figures tremblées» à la galerie Cachée

 

Christian Perrier est un chercheur qui veut manifester la présence au réel./Photo DDM.

Christian Perrier a toujours peint depuis son adolescence. Même lorsqu'il exerçait sa profession d'enseignant en lettres, il a toujours continué à participer à des expositions, pris part à une revue d'art à Bourges, son lieu d'habitation et fait partie du mouvement d'avant-garde «Supports-Surfaces», dans les années «70». Depuis qu'il est à la retraite, il peut se consacrer totalement à son art. Il se sent plus proche de la mouvance de l'art moderne que de l'art contemporain. «Je ne cherche pas à représenter quelque chose mais à manifester la présence au réel, qu'on sente une présence». Il rejoint une réflexion de Courbet , «tout comme lui je désire peindre des sensations, qu'on ne reconnaisse pas quelque chose mais qu'on soit réceptif à cette sensation que procure la peinture elle-même avec la matière, la couleur, la lumière.»

On pourrait dire que cet artiste est un chercheur, il se sert de la forme sans se laisser emprisonner par elle, mais sa quête d'absolu l'emmène au-delà comme pour trouver la quintessence, la réalité de toutes choses. Au travers de ses «figures tremblées», il emmène son public dans le voyage de ce qui serait le réel au-delà des formes.
L'exposition est à voir jusqu'au 17 octobre.